nutrition ancestrale

Le concept de nutrition ancestrale

Après 6 mois d’absence sur le blog (oui je sais ce n’est pas bien…), me revoilà avec un article complet sur un concept que je connais plutôt bien : la nutrition ancestrale ou « primal approach ». Si vous ne le savez pas encore je suis certifiée Primal Health Coach (à prononcer avec un accent américain please, on se la pète grave par ici… 😝 ).

C’est très drôle en fait de me remettre à parler de ce concept car je sors d’une errance alimentaire assez compliquée. Je pourrais peut-être lier cette dernière au stress que j’ai vécu ces derniers mois, un hiver compliqué à enchaîner des symptômes différents et variés, à la saison (décidément je suis vraiment météo-dépendante), bref j’étais loin d’être sereine. Oui mais voilà, on a beau connaître certaines règles de base, avoir des formations en nutrition « holistique », parfois on part aussi en cacahuètes. Ce sont les cordonniers les moins bien chaussés, c’est bien connu !

Et après de nouvelles expérimentations par-ci, par-là avec mon alimentation, j’en reviens toujours au même : je me sens mieux quand j’applique le concept de base de l’approche ancestrale.

Avant de m’étaler sur le sujet, je voudrais quand même détendre tout le monde en vous rappelant le principe de bio-individualité : ce qui me convient ne vous convient peut-être pas. Nous sommes tou.te.s différent.e.s et c’est à chacun.e d’en faire l’expérience. Bon, on ne parle pas du régime frites-coca, on est d’accord ?

Et comme je le dis toujours : il n’y a pas de meilleur essai scientifique que le vôtre. Les études et/ou données scientifiques vous permettront de vous orienter vers tel ou tel aliment, vers telle ou telle approche, mais les résultats sur vous pourront varier car vous serez dans un contexte peut-être différent dans votre vie. Alors pas de panique !

Tout ça, encore une fois, pour vous dire qu’il n’existe pas une alimentation qui conviendra à tout le monde tout le temps mais que chacun.e réagira de manière différente.

Je souhaiterai apporter une précision toutefois : je ne souhaite pas, mais alors pas du tout, avoir une étiquette en ce qui concerne mon alimentation. La « catégorie » à laquelle j’appartiens est la mienne. Je ne suis pas végane ou végétarienne même si j’en applique certains principes. Je ne suis pas paléo (même si l’approche ancestrale s’en inspire) car je ne l’applique pas à la lettre. Si un jour je mange du pain ou que je ne mange pas de viande car je n’en ai pas envie, je ne veux pas que la police paléo me mette en prison (mon corps saura me dire de lui-même si j’ai eu tort ou non). Je plaisante bien sûr, mais je vous assure que les puristes d’un courant ou un autre peuvent être à cheval sur le respect des règles et je ne souhaite donc pas m’enfermer dans un dogme. Les réseaux sociaux sont malheureusement remplis de gens haineux sur le sujet et je n’ai pas de temps à perdre avec ça.

Bref, j’applique des principes qui me semblent cohérents et qui me conviennent (je suis une fille pleine de principes et ça me fatigue moi-même parfois) mais je ne me colle aucune étiquette.

Définissons le concept de « nutrition ancestrale » 

Passons aux choses concrètes.

Le concept de nutrition ancestrale propose de revenir aux fondamentaux, ce pour quoi l’on est fait par nature, manger ce que la terre nous donne : des aliments bruts, entiers et naturels, vivre un rythme plus physiologique, prendre soin de son corps physique et mental et se reconnecter à la nature ! 

Ce concept est issu de la philosophie paléo mais va plus loin à mon sens. Je trouve également que l’on est moins dans le côté marketing et/ou dogmatique de la chose. On s’efforce de manger les aliments les plus adaptés à nos besoins 80-90% du temps et on se laisse aussi le droit de manger des aliments moins physiologiques si et quand on en a envie.

Dans tous les cas, il y a un principe que je m’efforce de me rappeler régulièrement (oui je sais encore un…) : même si l’alimentation doit rester un plaisir, il faut savoir la remettre à sa vraie place : elle est avant tout un moyen de subsistance !

Son rôle est de nous aider à survivre physiologiquement, à rester en bonne santé et à vivre pleinement notre existence.

Il est donc primordial qu’elle nous apporte des nutriments que notre corps doit être capable de digérer et d’absorber.

Notre corps est une machine exceptionnelle capable d’endurer énormément de choses au quotidien dont un stress incroyable pour beaucoup (rappelez-vous mon article sur le sujet : êtes-vous toujours poursuivi par cet ours ?). Mais il n’est pas fait pour digérer, absorber, traiter des aliments transformés. Tous ces nouveaux produits, que l’on achète par mode (du pain vegan sans gluten en boutique bio : avez-vous déjà vu les compositions ???) ou qui vous font un effet « wahou » dans la bouche à coup d’exhausteurs de goût ne sont pas des aliments « normaux »…  Regardez un peu les étiquettes et dites-moi si vous comprenez tout ? Tout cela n’est pas donné dans cette forme-là par la nature ! 

Tout cela n’a rien à faire dans votre corps.

Pourquoi favoriser une approche ancestrale ?

Pendant des milliers d’années, l’Homme en tant qu’espèce a été un chasseur-cueilleur et vivait en nomade pour trouver sa nourriture. C’est grâce à ce mode de vie notamment qu’il a exploré les différents contrées*.

Pendant ces milliers d’années, il s’est donc nourri de ce qu’il trouvait au gré de ses explorations : des végétaux en grande partie et des animaux en plus petites quantités. Il ne chassait pas forcément tous les jours et pouvait jeûner un certain temps quand la nourriture était rare. Son organisme était parfaitement adapté pour tenir si besoin. Son corps savait fonctionner en brûlant du gras et du sucre en fonction de ce qu’il trouvait car son métabolisme était adapté.

Et la vie fut ainsi pendant très très longtemps !

Puis, il y a environ 10 000 ans est arrivée l’agriculture. Plus besoin de se déplacer pour trouver sa nourriture puisqu’il était maintenant possible de faire pousser ce dont il avait « besoin » sur place. En un temps relativement court, l’Homme a ainsi changé son alimentation de chasseur-cueilleur en devenant sédentaire et en intégrant les céréales.

Puis ces 50-70 dernières années), une nouvelle révolution est arrivée : l’alimentation industrielle et l’hyper sédentarité. Si l’on regarde à l’échelle de l’humanité, cela représente peut-être quelques heures de votre vie. Sauf qu’aujourd’hui c’est ce mode de vie qui domine et c’est là que les maladies dites de civilisation, principalement dégénératives, ont commencé à se développer.

Le constat est alarmant : on mange bien plus d’aliments industriels, de céréales bourrées de gluten (qui n’ont plus rien à voir avec celles cultivées à l’origine) ou d’animaux élevés de façon intensive que de fruits et légumes. Allo Houston, on a un problème !

Alors imaginez un moment revenir aux fondamentaux. Et donner à votre corps ce pourquoi il a été fait : à la fois par votre alimentation mais aussi par votre mode de vie en appliquant l’approche ancestrale. Car finalement, nos organismes ne sont pas si loin de ceux de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs.

https://emmanuelleaudouard.com/wp-content/uploads/2018/10/evolution-300x139.jpg

Quels sont les concepts clés de la nutrition ancestrale ?  

Petite précision avant d’entrer dans le vif du sujet : quand j’utilise le terme « nutrition » ici, cela ne se limite pas à l’alimentation. D’ailleurs je distingue bien souvent les deux. La nutrition englobe également ce qui nous « nourrit » dans la vie au sens large. On peut se nourrir de nos relations avec les autres, d’une passion, d’un voyage, de sa spiritualité ou de petits riens du quotidien. C’est la définition même du principe de nutrition holistique : c’est à dire dans son ensemble. Car nous sommes un tout et nos différents corps (citons les plus connus : physique, psychique, émotionnel et spirituel) ont tous besoin de leur propre nourriture.

Voici donc, en 10 points, les concepts-clés de l’approche ancestrale: **

  1. Mangez principalement des aliments d’origine végétale (minimum 70% de votre alimentation) et animale. Explorez comment votre corps réagit, et n’oubliez pas que manger du bon gras est essentiel pour votre cerveau (composé principalement de gras, rappelons-le au cas où vous n’étiez pas très assidu.e.s à l’école). On parle ici des aliments qui ont permis à l’Homme d’évoluer et de développer toute son intelligence, des aliments bruts et naturels ! Privilégiez des aliments locaux, avec le moins de traitements possible (mais ne vous privez pas de manger des végétaux car vous ne pouvez pas manger 100% bio!) et faites au mieux pour limiter la viande industrielle (les farines n’ont rien à faire dans l’alimentation d’un ruminant et je ne parle pas des antibiotiques).
  2. Éliminez l’alimentation industrielle de vos habitudes. Cette alimentation est toxique pour vos gènes qui pourront se dérégler et le manifester avec des problèmes de santé, maladies chroniques, petits maux du quotidien, problèmes digestifs, prise de poids. Lisez les étiquettes et bannissez les sucres raffinés, les huiles hydrogénées (le pire aliment inventé par l’Homme « moderne »), les acides gras trans, les ingrédients dont le nom commence par un E… Limitez votre consommation de céréales en fonction de votre tolérance et testez leurs effets sur votre corps en supprimant le gluten pendant 1 mois par exemple. Même chose pour les légumineuses. Les céréales et légumineuses contiennent des anti-nutriments difficiles à digérer sauf à veiller à une préparation particulière et minutieuse.
  3. Bougez souvent à un rythme lent. Renouez avec les habitudes de nos ancêtres qui passaient leurs journées à marcher pour chercher leur nourriture. Ils ne passaient pas des heures sur des tapis de course ou un vélo elliptique. Faire du cardio de façon intensive peut entraîner plus d’inflammation dans votre corps et un vieillissement accéléré de vos cellules. Nous sommes faits pour marcher souvent et courir de temps en temps (pour fuir le danger) alors ne stressez pas votre corps en courant 6 jours par semaine.
  4. Soulevez des objets lourds. Il s’agit ici de reproduire le schéma de nos ancêtres qui bougeaient régulièrement des charges lourdes à la force de leur corps. Qu’on soit d’accord, je ne vous demande pas de construire une pyramide avec vos mains… Mais vous conseille plutôt de faire des séances de musculation régulièrement que ce soit en soulevant des poids mais aussi tout simplement au poids de corps (squats, fentes, pompes, tractions ou mes préférées : les burpees 🤬).
  5. Piquez des sprints de temps en temps.
  6. Dormez correctement. Calquez vos rythmes au rythme du soleil en limitant l’exposition à la lumière le soir notamment la lumière bleue des écrans (et là je dis merci à mes « Swannies »***» qui me donnent un look branché aussi bien le jour que la nuit !). Et rappelez-vous que dormir est loin d’être une perte de temps. Vous devez en faire une priorité !
  7. Jouez ! On pense à tort que jouer est réservé aux enfants alors qu’il n’y a rien de mieux pour son bien-être mental et pour décompresser après une journée stressante. Mon jeu favori en rentrant du boulot est de faire du trampoline avec ma fille. Rien de mieux pour se marrer un bon coup et pour le système lymphatique. C’est du 2-en-1 !
  8. Exposez-vous au soleil. S’exposez au soleil est essentiel pour synthétiser la vitamine D. Je me complémente en hiver mais aucun substitut ne saura être aussi efficace que le soleil lui-même. Alors faites le plein dès que possible et pensez aussi aux bienfaits du soleil sur l’humeur et l’énergie. On est d’accord qu’on ne fait pas la crevette au soleil, on fait attention hein, notamment quand on consomme beaucoup d’huiles végétales (qui vont empirer les risques de brûlures de la peau, si si !). Il est tout à fait possible de produire soi-même sa protection solaire de l’intérieur grâce à son alimentation et en s’exposant de façon graduelle et responsable.
  9. Vivez l’instant présent. Faites votre maximum pour vivre chaque instant pleinement en travaillant sur votre mental pour cela. Focalisez vous sur une chose à la fois, cela vous permettra également d’éviter de faire des erreurs stupides.
  10. Enrichissez-vous. Métro, boulot, dodo sont le lot quotidien d’un grand nombre de personnes. Posez-vous la question de ce qui vous fait vibrer dans la vie. Quelles sont vos passions, vos hobbies ? Je sais que la vie quotidienne nous accapare beaucoup. Mais faites marcher votre cerveau en apprenant de nouvelles choses régulièrement. Ouvrez votre esprit à de nouveaux horizons. Donnez vous la chance de vivre pleinement et passionnément pour ne pas vous sentir « coincé.e » dans un style de vie que vous n’avez pas souhaité. Vivez votre vie comme vous l’entendez et non pour faire plaisir aux autres ou pour rentrer dans une norme. En bref, kiffez! C’est le meilleur conseil que je puisse vous donner. 

Un vaste programme ? Non, uniquement ce dont vous avez besoin pour donner le meilleur de vous-même et briller !

Parce que nous sommes des poussières d’étoiles 😉✨

Références :

* http://www.bradshawfoundation.com/stephenoppenheimer/index.php si l’évolution de l’Homme et ses mouvements migratoires vous intéresse. – site en anglais

** The Primal Blueprint – Mark Sisson (créateur du blog Mark’s Daily Apple et du Primal Health Coach Institute)

*** https://www.swanwicksleep.com/

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.